Équateur: une première journée de grève générale marquée par des affrontements

Des dizaines de milliers de manifestants ont déferlé dans les rues de Quito, mercredi 9 octobre pour protester contre les mesures économiques annoncées la semaine dernière. Après avoir commencé à marcher ensemble, très vite les indigènes se sont séparés de la manifestation des syndicats, comme s’ils voulaient éviter toute récupération.

Dans la foule, Abraham Bustamante était remonté contre la réforme à la hussarde du Code du travail annoncée la semaine dernière par le gouvernement et qui va changer les règles pour les fonctionnaires.

« Le ministre du Travail ne peut pas changer les règles d’un jour à l’autre. Supprimer quinze jours de vacances sur 30 est illégal, s’indigne-t-il. On va tous finir malades. C’est inédit dans notre histoire. »

Drapeaux rouges et pierres qui volent La manifestation s'est d'abord déroulée tranquillement. Les participants n'hésitant pas à remettre à la police des personnes qu’eux-mêmes qualifiaient d’infiltrés. Les indigènes ont suivi le parcours qui avait été défini au préalable et n’ont pas protesté quand la police les a empêchés de rentrer par exemple sur la place San Francisco, près du palais présidentiel. L'ambiance était bon enfant, ils saluaient la police.

Les choses se sont gâtées lorsque des hommes cagoulés brandissant des drapeaux rouges ont commencé à arracher les pavés et les plaques d’égout du centre-ville et à attaquer la police. La même chose est arrivée lors de la manifestation des syndicats et mouvements populaires. La police a répliqué à coup de gaz lacrymogène et les scènes de violence de ces derniers jours se sont répétées.

« Les personnes responsables des affrontements sont un groupe bien identifié qui n’a rien à voir avec le mouvement indigène, a précisé le général Victor Arauz, qui commande la police dans le centre historique. Ce sont des infiltrés, souvent des étrangers que nous sommes en train de contrôler partout dans la ville. Jusqu’à présent, dans le centre historique nous avons arrêté 47 personnes. » Leur cas sera examiné par la justice mais le vice-président de la République a annoncé que tous les étrangers capturés alors qu’ils incitaient à la violence seraient expulsés du pays.

Selon lui, ces agitateurs étaient payés de 40 à 50 dollars par jour pour provoquer le chaos. Contre-manifestation à Guayaquil De son côté, le gouvernement a fait le service après-vente de son plan économique, en insistant cette fois sur toutes les mesures qui vont favoriser le secteur agricole et les indigènes, sur l’augmentation de 15 dollars d’un bon de solidarité que touchent les plus pauvres.

Il a présenté notamment un plan de développement agricole. Il aurait sans doute été plus simple de commencer par cela pour faire baisser la tension, mais en tout cas le gouvernement essaie de recréer des liens avec le mouvement indigène.

Cela va prendre du temps car dans la nuit, la police a envoyé du gaz lacrymogène dans le parc de l'Arbolito où se reposaient les manifestants indigènes, hommes, femmes et enfants et dans des universités voisines où ils étaient soignés et nourris. La ministre de l’Intérieur s’en est plus tard excusée.

En parallèle de cette manifestation, un rassemblement de soutien au président Lenin Moreno et à sa décision de supprimer les subventions du carburant a eu lieu à Guayaquil où le gouvernement a été délocalisé. Le président de la République est lui revenu à Quito pour surveiller le déroulement des manifestations.

RFI