En Libye, des missiles de l'armée française aux mains des forces pro-Haftar

Paris n’a jamais cédé ou vendu des munitions à "quiconque en Libye", a souligné mercredi 10 juillet le ministère français des Armées, après avoir déclaré que des missiles américains Javelin retrouvés le mois dernier en Libye aux mains des forces du maréchal Haftar appartenaient à l'armée française.

Le New York Times avait révélé dans son édition de mardi que quatre missiles antichar Javelin, achetés par la France aux États-Unis, avaient été saisis en juin dans un camp de combattants pro-Haftar à Gharyan, ville située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, dont l’homme fort de l’Est libyen avait fait une base arrière dans son projet de conquête de la capitale.

Ces missiles "appartiennent effectivement aux armées françaises, qui les avaient achetés aux États-Unis. Nous l’avons confirmé à nos partenaires américains", a déclaré le ministère des Armées.

>> À lire aussi : "Malgré l’embargo de l’ONU, les armes continuent d’affluer en Libye"

Le ministère précise que ces armes étaient destinées à "l’autoprotection d’un détachement français déployé à des fins de renseignement en matière de contre-terrorisme".

"Endommagées et hors d’usage, ces munitions étaient temporairement stockées dans un dépôt en vue de leur destruction. Elles n’ont pas été transférées à des forces locales", indique le ministère.

"Il n’a jamais été question ni de vendre, ni de céder, ni de prêter ou de transférer ces munitions à quiconque en Syrie", déclare-t-il.

FR