Le Royaume-Uni appelle ses ressortissants au Ghana à la vigilance

Mais les autorités ghanéennes disent avoir mis en place des mesures pour déjouer toute attaque éventuelle. Une note du ministère britannique des Affaires étrangères suggère que des tensions pourraient survenir à court terme au Ghana et devenir rapidement violentes.

Les attaques pourraient être importantes, notamment dans des lieux fréquentés par des étrangers. Environ 90 000 ressortissants britanniques visitent le Ghana chaque année. La note du Foreign Office a été publiée à la suite d'un avertissement similaire lancé par le gouvernement canadien après l'enlèvement de deux de ses ressortissants, la semaine dernière.

Deux terroristes présumés ont été arrêtés à Hamile, une ville située dans le nord du Ghana, ce mois-ci. Certains responsables du parti au pouvoir, le Nouveau parti patriotique, ont exprimé leur désaccord avec cet appel de la Grande-Bretagne à la vigilance. Ils affirment que le Ghana n'a jusque-là subi aucune attaque terroriste, ce qui n'est pas le cas pour Londres.

Les responsables du parti au pouvoir ont demandé au ministère ghanéen des Affaires étrangères de lancer un avertissement similaire aux ressortissants du pays qui souhaitent se rendre au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Il n'y a pas eu d'attaque terroriste majeure au Ghana, mais les autorités assurent qu'elles ne laissent rien au hasard alors que des inquiétudes sécuritaires augmentent à la frontière du pays avec le Burkina Faso, qui a été frappé plusieurs fois par des attentats terroristes.

BBC