Présidentielle au Sénégal : les électeurs se sont déplacés en nombre et dans le calme

Macky Sall effectuera-t-il un second mandat ? Les Sénégalais étaient appelés aux urnes dimanche 24 février pour répondre à cette question en choisissant qui du président sortant ou des autres candidats – Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall– sera élu à la tête du Sénégal.

Plusieurs heures après la fermeture des bureaux de vote, des premières tendances se dessinaient. Mais aucun résultat officiel n'a été donné. Le décryptage de Cyril Payen Au QG de campagne de Macky Sall, les partisans du président sortant étaient très confiants.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne "a annoncé depuis le siège de la coalition présidentielle que Macky Sall était réélu avec un score, selon lui, qui le donnait gagnant dès le premier tour, rapporte Sarah Sakho, correspondante de France 24 à Dakar.

Mais cette information est démentie par l'opposition". Plus tôt dans la soirée, ses deux principaux rivaux, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, ont effectivement fait savoir, lors d'une conférence de presse commune, qu'ils n'accepteraient pas que le président sortant "confisque" la volonté populaire.

 Le vote s'est déroulé sans incident majeur dans le pays. "Parmi les bureaux observés par notre mission, l'appréciation générale est assez positive. Il y a eu très peu de violences, des incidents très isolés, ce qui est une très bonne nouvelle", a déclaré la cheffe de la Mission d'observation de l'Union européenne, Elena Valenciano.

Pour ce qui est de la participation, à 13h00 (heure locale), elle était de 39 %, selon une source proche du ministère de l'Intérieur, ce qui laisse augurer qu'elle pourrait dépasser les quelque 51 % du premier tour de la précédente présidentielle en 2012.

Selon des données partielles récoltées par la Mission d'observation de la société civile, elle s'élevait à près de 60 % en fin de journée.

RA