Processus de paix en Afghanistan: vers un accord entre les différents partis

L'accord-cadre comprendra quatre points. À commencer par le retrait des troupes étrangères d'Afghanistan dont les talibans veulent un calendrier, puis la garantie par les talibans que l'Afghanistan ne devienne pas un refuge pour les terroristes, la mise en place de négociations intra-afghanes et enfin l'instauration d'un cessez-le-feu. Les deux partis publieront un communiqué prochainement.

Vers une paix durable ?

Dans les rues de la capitale afghane, la population est partagée entre espoirs de voir la paix conclue et la crainte d'un avenir toujours aussi sombre sombre, rapporte notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali. « Regardez ma barbe et mes cheveux blancs, j’ai passé ma vie dans la guerre », raconte Farid Hamidi, sillonnant Kaboul depuis près de 30 ans.

Ce chauffeur de taxi est marqué par une large cicatrice qui traverse l'intérieur de son avant-bras. Il a été blessé dans une attaque suicide l'année dernière à l'aéroport de Kaboul. Il ne souhaite que la paix et reste confiant sur l'issue des pourparlers à Doha. « Les talibans sont afghanset ils sont aussi fatigués de cette guerre. Notre peuple meurt. Nous perdons des êtres chers dans cette guerre, des mères, des sœurs, des frères. Les talibans aussi perdent des proches. »

« Les États-Unis nous protègent »

« Les talibans mènent toujours des attaques dans notre pays. Ils veulent juste capturer l’Afghanistan et y faire toutes les mauvaises choses qu'ils souhaitent. Je ne veux pas que les États-Unis quittent l’Afghanistan, parce qu'ils nous protègent des talibans », témoigne Bahara, 19 ans.

Elle ne fait aucune confiance aux talibans. Elle craint qu'ils ne respectent pas leurs engagements. Dans les rues de Kaboul, beaucoup aspirent à la paix, mais beaucoup craignent aussi de perdre le peu de progrès réalisés au cours des 18 dernières années avec un accord signé à la hâte.

 

RFI