Togo: Jean-Pierre Fabre réclame un nouveau dialogue avant la présidentielle de 2020

Jean Pierre Fabre, l’ex chef de file de l’opposition togolaise, a réclamé mercredi l’ouverture d’un nouveau dialogue avec le pouvoir en prélude à la présidentielle de 2020.

Fabre s'exprimait en conférence de presse au siège de son parti Alliance Nationale pour le Changement ( ANC) à Lomé.

" Nous réclamons l’ouverture sans délai avec le gouvernement, de discussions politiques visant l’amélioration du cadre électoral ainsi que les réformes institutionnelles et constitutionnelles nécessaires à l’organisation d’élections équitables et transparentes dans notre pays", a-t-il déclaré.

Cet appel est lancé à moins de 7 mois de la fin du mandat de l’actuel président Faure Gnassingbé en poste depuis 2005.

Il y a un peu plus d’un an, lors de sa mise en place, l’actuelle Commission électorale Nationale Indépendante (CENI) avait reçu pour mission d’organiser les municipales et la présidentielle à venir. Mais, en appelant à l’ouverture d’un nouveau dialogue avant cette présidentielle.

Jean Pierre Fabre entend rediscuter avec le gouvernement les conditions d’une recomposition paritaire de cette CENI "telle que prescrite dans la feuille de route de sortie de crise du 31 Juillet 2019 de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest-CEDEAO".

Fabre accuse, en outre, cette commission d'être incompétente, partiale et complice des "fraudes et irrégularités orchestrées par le parti UNIR au pouvoir et ses alliés", lors des précédentes élections.

" Il faut revoir la composition de cette CENI avant les prochaines élections présidentielles", a-t-il souligné lors de la conférence.

S’agissant du souhait de la C14, une coalition de plusieurs partis de l’opposition extraparlementaire togolaise, appuyé par l’archevêque émérite de Lomé Mgr Philippe Fanoko Kpodzro de "s’organiser pour présenter un candidat unique à la présidentielle de 2020", Jean Pierre Fabre a rejeté cette idée, arguant que les conditions actuelles ne s’y prêtent pas.

Fabre avait été, à deux reprises, candidat malheureux aux présidentielles de 2010 et 2015, il devrait être le candidat de son parti à la prochaine présidentielle de 2020.

AA