Trump attaque May, tempête diplomatique entre Londres et Washington

Brouille entre deux vieux alliés : rien ne va plus entre le président américain et la Grande-Bretagne. Donald Trump s'en est pris, lundi 8 juillet, avec une extrême virulence à la Première ministre britannique sortante Theresa May précise notre correspondante à Washington, Anne Corpet. après la publication dans la presse de câbles diplomatiques le mettant en cause. L’ambassadeur britannique, qui qualifie dans ses messagesl’administration Trump d’inepte, d’imprévisible et de dysfonctionnelle, a reçu le soutien de la Première ministre, ce qui a suscité la fureur du président américain.

Attaque sur la gestion du Brexit

« Je suis très critique de la façon dont Theresa May a géré le Brexit, elle a semé une vraie pagaille », a ainsi écrit le président sur Twitter avant d’ajouter : « La bonne nouvelle est que la Grande-Bretagne aura bientôt un nouveau Premier ministre ». Donald Trump a attaqué dans la foulée l’ambassadeur britannique à Washington : « Je ne le connais pas mais il n’est ni aimé, ni bien vu aux États-Unis ». Et d’asséner : « Nous n’aurons plus de contact avec lui ».

En réalité, le président a eu plusieurs entretiens avec Kim Darroch. Selon la presse américaine, l’ambassadeur rencontre aussi régulièrement John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, et ses soirées sont fréquentées par de nombreux membres de l’administration américaine.

ViaTwitter, Donald Trump annonce donc que ces rencontres sont désormais bannies. Il espère sans doute la nomination d’un nouvel ambassadeur avec l’arrivée du prochain Premier ministre. Peu après son élection en 2016, le président américain avait tenté, sans succès, de peser sur le choix de Londres en déclarant qu’il souhaitait voir nommer Nigel Farage à Washington.

Pour Downing Street, cette fuite est « regrettable » mais ne devrait pas entacher la relation « spéciale et durable » entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis explique notre correspondante à Londres, Marina Daras. Theresa May a déclaré qu’elle n'était pas d'accord avec les propos de Sir Kim Darroch, mais qu’elle lui faisait « pleinement confiance ».

Enquête criminelle ouverte

Une enquête criminelle a été ouverte pour déterminer la source de cette fuite, en plus d'une enquête interne lancée par le gouvernement. Et Mme May a condamné des fuites « totalement inacceptables ».

Mais dans un contexte électoral, certains éditorialistes vont même jusqu’à penser que des alliés de Boris Johnson pourrait être derrière cette fuite pour déstabiliser son rival Jeremy Hunt, chef de la diplomatie britannique, et outsider dans la course à la succession de Theresa May.

RFI

RFI