Un Israélien a craché sur l'ambassadeur polonais Marek Magierowski

Il n'en fallait pas plus pour raviver les tensions entre la Pologne et Israël. Un habitant de Herzliya, près de Tel-Aviv, a été arrêté pour avoir craché sur l'ambassadeur polonais en Israël, a indiqué mercredi la police israélienne, sur fond de relations tendues entre les deux pays.

Le diplomate, Marek Magierowski, se trouvait dans sa voiture quand un homme s'est approché et lui a craché dessus mardi, a dit un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Les faits se sont déroulés en plein jour près de l'ambassade de Pologne à Tel-Aviv, selon la presse israélienne.

L'ambassadrice d'Israël en Pologne convoquée

Le suspect, un homme de 65 ans, a été interpellé non loin de l'ambassade, a dit le porte-parole. Il devait être présenté à un juge mercredi après-midi. L'ambassadrice d'Israël en Pologne, Anna Azari, a été convoquée au ministère des Affaires étrangères à Varsovie au sujet de l'incident, a dit Ewa Suwara, porte-parole du ministère.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a condamné sur Twitter une agression « raciste ». « On ne doit jamais tolérer la violence contre les diplomates ou contre quelque citoyen que ce soit », a-t-il dit. Le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmanuel Nahshon a exprimé « la plus totale sympathie pour l'ambassadeur et le choc éprouvé devant cette agression ». L'ambassadeur a aussi été pris à partie verbalement en hébreu, mais a seulement compris le mot « polonais », a rapporté le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Période de crispation

Cet incident a eu lieu dans une période de crispation persistante dans les relations entre Israël et la Pologne. La Pologne a annoncé lundi avoir annulé une visite de responsables israéliens en raison de leur intention de soulever la question de la restitution de biens juifs tombés en déshérence après l'Holocauste, un dossier considéré comme clos par Varsovie.

En février, le chef de la diplomatie israélienne, Israel Katz, avait ulcéré Varsovie en évoquant « l'antisémitisme que les Polonais tètent avec le lait de leur mère ». La Pologne avait ensuite boycotté un sommet prévu à Jérusalem de quatre pays d'Europe de l'Est. L'an dernier, les relations avaient traversé une crise sérieuse après l'adoption d'une loi polonaise, finalement amendée, perçue en Israël et aux États-Unis comme visant à empêcher les survivants de l'Holocauste d'évoquer les crimes des Polonais à leur encontre.

 

 

Le Point