La plate forme panafricaine des femmes et des jeunes pour la paix, la démocratie et la gouvernance (2PFJ) dresse son bilan à mi parcours des élections régionales et municipales.

Présidentielle en RDC : un candidat demande le « report immédiat » du scrutin À quarante-huit heures du lancement de la campagne électorale en RDC, Seth Kikuni, l’un des 21 candidats en lice pour la présidentielle du 23 décembre, a demandé ce mardi à la Ceni de reporter le scrutin.

La plate forme panafricaine des femmes et des jeunes pour la paix, la démocratie et la gouvernance, présidée par l’honorable Salimata PORQUET, a tenu ce mercredi 11 octobre, à Abidjan ,une conférence de presse ,au cours de laquelle elle a communiqué sur ses activités de la campagne des élections communales et régionales qui doivent se dérouler le 13 octobre 2018

Des activités importantes telles que le monitoring de la violence électorale, le monitoring des opérations électorales la remontée des données, l’opérationnalisation d’une structure de veille et de coordination technique le jour du scrutin ont été abordées au cours de cette période pré-électorale.

Nathalie KOUAKOU, coordinatrice de la plate forme n’a pas manqué cette occasion pour communiquer sur les dispositions prises par cet instrument de veille pour couvrir 40 % de l’ensemble des bureaux de vote et de monitoring élaboré avec les organisations de la société civile nationale.

Le dispositif déployé par la plate forme dans le cadre de l’observation du déroulement du scrutin des élections couplées régionales/ municipales du 13 octobre se compose de 70 moniteurs, 5 opérateurs de saisies de la violence électorale, 400 observateurs, 40 opérateurs de saisie, 5 personnes ressources chargées d’observer la campagne et une structure de veille de 3 chambres.

Nathalie KOUAKOU a cependant relevé au cours de la période de la campagne, au sujet du climat de tension, 21 cas de faible tension ont été notés, 2 cas de tension moyenne enregistrés et deux autres cas de tensions diverses ont été rapportés.

Selon toujours la coordinatrice Nathalie KOUAKOU, la plate forme panafricaine des femmes et des jeunes pour la paix, la démocratie et la gouvernance est une opportunité de recevoir en temps réels plusieurs données électorales permettant d’apprécier la qualité et la performance des opérations de vote au fil du scrutin.

Quant à Salimata PORQUET la présidente de la dite plate forme, elle n’a pas manqué de formuler des recommandations pour le bon déroulement de ces élections. Notons que la plate forme est accompagnée dans ces activités par des partenaires tels l’Institut Gorée, le PNUD, le Fonds pour la Consolidation de la Paix.

 

A.C